X

Petit lexique d'accessibilités

PMR :
Personne à Mobilité Réduite

Sous-Titres SME :
Films sous-titrés en français avec sous-titres supplémentaires décrivant l'environnement sonore à l'intention des spectateurs malentendants.

AD :
Film diffusé en Audio-Description. Ce dispositif permet aux spectateurs non-voyants d'utiliser un récepteur muni d'un casque afin d'entendre des commentaires à propos de l'environnement visuel de l'action. Nous recommandons à nos amis non-voyants de venir avec leur casque personnel muni d'une fiche mini jack standard. Ce dispositif est non audible par les spectateurs n'utilisant pas le système.

Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Petit lexique accessibilité

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Prochainement

I Am Not a Witch
Afrique | 2017| 1h34
Réalisation : Rungano Nyoni
Avec : Maggie Mulubwa, Henry B.J. Phiri, Travers Merrill
Version originale (VO) sous-titrée en français
    Pour connaitre les accessibilités en fauteuil,
    cliquez sur le lien vers la grille horaire dans la colonne de gauche
    rubrique 'INFORMATIONS'
Shula, 9 ans, est accusée de sorcellerie par les habitants de son village et envoyée dans un camp de sorcières. Entourée de femmes bienveillantes, condamnées comme elle par la superstition des hommes, la fillette se croit frappée d’un sortilège : si elle s’enfuit, elle sera maudite et se transformera en chèvre... Mais la petite Shula préfèrera-t-elle vivre prisonnière comme une sorcière ou libre comme une chèvre ?


Imprimer la fiche film

I Am Not a Witch : Au secours, Afrique magique
par Pierre Charpilloz




Dans un petit village d’une Afrique archaïque, une petite fille est condamnée pour sorcellerie. De camps de travaux forcés en manoirs de riches politiciens, I Am Not a Witch dresse un portrait acerbe, drôle, violent, mais surtout inhabituel d’une certaine Afrique contemporaine.

Dans le village, Shula – comme on l’appelle – n’a pas de parents, ne parle presque pas. Il paraîtrait qu’elle serait à l’origine de phénomènes surnaturels – c’est donc certainement une sorcière. Sur ces fondements, Shula est condamnée à vivre avec ses semblables – d’autres prisonnières résignées – trimballées le long des routes pour travailler dans des champs, comme des esclaves noirs de l’Amérique sudiste. C’est ça, ou elle se transformera en chèvre. Après quelques semaines dans le camp, M. Banda, un homme politique, la prend sous son aile. Elle aura d’abord pour mission de choisir les innocents et les mécréants lors de procès sauvages, avant de devenir la sorcière personnelle de Banda, l’accompagnant dans tous ses déplacements.

I Am Not a Witch, oscille toujours entre drame social et comédie loufoque, et prend à revers toutes les représentations habituelles des traditions et rites de l’Afrique subsaharienne. Le folklore, souvent étrange et parfois grotesque, ne fascine pas du tout Rungano Nyoni. Mettant en avant la stupidité et la dangerosité de ces traditions, la réalisatrice signe un portrait inhabituel, peut-être jamais vu, d’une Afrique qui fait face à la modernité, mais reste empêtrée dans ses traditions. Car le monde dans lequel s’insère ce folklore – qui dépasse l’anecdotique, ou même le fait religieux, mais va jusqu’à motiver chacune des actions des personnages – est paradoxalement très moderne, ou en tout cas proche d’un fonctionnement à l’occidentale. Et c’est peut-être ce qui rend ces condamnations traditionnelles encore plus surprenantes et dérangeantes. Au commissariat, face à une policière pas tout à fait convaincue, une assemblée populaire condamne une petite fille apeurée pour sorcellerie. Tous les matins, un vieil homme qui écoute Charlie Feathers ou un autre tube de rock américain au casque, remonte la corde à laquelle chacune des « sorcières » du camp est attachée, pour les réveiller afin qu’elles se mettent au travail. Sur le parking d’un centre commercial identique à ceux qu’on trouve partout en banlieue des villes américaines, une femme, sortant de son SUV, est lapidée et insultée par d’autres clients, des inconnus, qui l’accusent d’être une sorcière. En ville, dans le bureau d’un homme blanc inquiet de la sécheresse pour l’avenir de l’agriculture, on fait une danse de la pluie.

I Am Not a Witch est ainsi un film à scènes, dont chacune ou presque présente, dans un contexte réaliste, une situation ubuesque – tantôt risible, tantôt violente, et souvent les deux. Rungano Nyoni reprend dans son film deux figures symboliques de l’Afrique subsaharienne : le prêtre et le politicien – qui finissent par être très semblables. En le tournant en ridicule, la réalisatrice met le doigt sur une violence souvent oubliée au nom de l’identité africaine postcoloniale. Avec sa mise en scène très travaillée, sa superbe photographie signée de David Gallego (le chef-opérateur de L’Étreinte du serpent), la finesse de ses décors et costumes, ses couleurs, chaudes et saturées, I Am Not a Witch s’inscrit en faux contre une tradition d’un certain cinéma africain naturaliste, héritier du documentaire ethnologique. Enfin, fait rare dans le cinéma africain à vocation internationale, dans cette tragédie surréaliste brillent aussi des moments très drôles, soulignés par les prestations de Henry BJ Phiri, homme politique aussi crédible que caricatural, et surtout de la touchante Maggie Mulubwa, la petite Shula, sûre d’elle et culottée, mais brinqueballée dans un monde incompréhensible et injuste.

http://www.bande-a-part.fr/cinema/critique/magazine-de-cinema-i-am-not-a-witch-rungano-nyoni/

Bande à Part
Les sorties du 27 décembre 2017
par A.Jo.




Accusée de sorcellerie et enfermée dans un camp, la jeune Shula tombe sous la coupe d’un fonctionnaire. Ce conte aux accents surréalistes dresse le portrait puissant d’une société empêtrée dans ses croyances et superstitions.

Un pied ancré dans la tradition du conte africain, l’autre dans la littérature occidentale, I Am Not a Witch est un film hybride, fruit du croisement entre la culture zambienne et la nouvelle d’Alphonse Daudet, La Chèvre de Monsieur Seguin. Fortement marquée par ce récit et son propos sur la liberté, la réalisatrice zambienne Rungano Nyoni, formée au Pays de Galles, y a puisé le matériau d’une parabole puissante sur les croyances de son pays de naissance. M. Seguin y est transformé en prélat cupide, M. Banda, et sa chèvre Blanquette en jeune fille accusée de sorcellerie, Shula, maintenue en captivité dans un camp de sorcières par un long ruban de soie attaché à son dos. Voulant retrouver sa liberté, Shula paiera elle aussi le prix fort pour se défaire de ses liens. Loin de vouloir réaliser un pamphlet réaliste, Rungano Nyoni a privilégié, dans ce premier long métrage, une approche par l’absurde pour parler des superstitions dont les femmes sont les premières victimes, enfermées dans des camps et accusées de tous les maux. I Am Not a Witch tire sa force de ce traitement détourné, qui tait les aspects les plus sordides de ces injustices quasi institutionnalisées pour laisser place à une imagerie surréaliste bien plus éloquente. Obstinément, Rungano Nyoni désacralise les rites populaires par l’humour et, ce faisant, illustre les contradictions d’une société tiraillée entre ses traditions absurdes mais fermement enracinées et son désir de modernité. Une société incarnée par des acteurs non-professionnels, dont la jeune Margaret Mulubwa, l’interprète de Shula, est la véritable révélation de ce film visuellement aussi déstabilisant que viscéral.

https://www.fichesducinema.com/2017/12/les-films-du-27-decembre-2017/

Les fiches du cinéma
5 salles classées
Art & Essai
Europa Cinéma
Label Recherche
Label Découverte

p.ortega@cinemaleclub.com


Tarifs
Tarif normal: 7,60 €
Tarif réduit: 6,80 €
Abonnement 6 places : 5,80€ / 12 places : 5€
Tarif - 14ans : 4,50€